publicité

politique

Bilan du 19 ème sommet du Fer de Lance: renforcement de la coopération régionale

  • Par Angela Palmieri avec Angelique Souche
  • Publié le 21/06/2013 | 17:37, mis à jour le 22/06/2013 | 13:56

Les membres du GMFL ont signé la résolution de clôture de ces deux jours de travaux. Le Fer de Lance a renouvelé son soutien à la cause indépendantiste défendue par le FLNKS, mais plusieurs résolutions concernant le secteur économique ont aussi été validées par l'organisation mélanésienne.

© NC 1ère
© NC 1ère
Le Groupe de Fer Lance Fer a renouvelé sa volonté de construire une sorte de marché de libre échange en invitant la Nouvelle-Calédonie a y participer.


Le reportage de NC 1ère

La cloture du fer de lance

 

A noter que deux traités le premier établissant l’exécution réciproque des jugements étrangers, le second portant sur les pensions alimentaires et les régimes de garde des enfants en cas de séparation ont aussi été signés, ainsi qu’une convention de coopération policière. Des documents de coopération multilatérale sur lesquels le FLNKS n’a pas apposé sa signature faute de compétence en la matière. 
 
Une incapacité qui pose question: 25 ans après la création du Groupe Fer de lance Mélanésien, le FLNKS est toujours un acteur passif de l’organisation. 
 

Interrogé par Angelique Souche, Victor Tutugoro, le nouveau président du GMFL s’en explique. 

Fichier audio

Le principe de l'adhésion de la Nouvelle-Calédonie au Groupe Mélanésien du Fer de Lance  a toujours été défendu par  Philippe Gomès et son parti Calédonie Ensemble, mais Harold Martin (Avenir Ensemble), l'actuel président du gouvernement de Nouvelle-Calédonie ne soutient pas cette démarche.
Le FLNKS ne semble pas non plus convaincu de l'intérêt de céder sa place au sein du GMFL à la Nouvelle-Calédonie. 
 
En revanche lors de son discours au 19 ème sommet du GMFL, Harold Martin a demandé aux membres du Fer de Lance de soutenir la candidature de la Nouvelle-Calédonie, comme membre à part entière au sein du Forum des Îles du Pacifique.
 
Autre sujet qui a largement marqué ce 19 ème sommet, la situation critique en Papouasie Occidentale où les minorités sont victimes d’exactions. 
Le Front de libération West Papua a pu s’exprimer à la tribune tout comme le gouvernement indonésien.
L'entrée du mouvement rebelle papou au sein du Fer de Lance avait été rejeté lors de la réunion des ministres des affaires étrangères en début de semaine, pour le moment le GMFL souhaite se contenter de jouer un rôle de médiateur dans ce conflit.
Une mission d'observation se rendra en Papouasie Occidentale avant la fin de l'année.
 

Interrogé par Angelique Souche, la réaction du vice-premier ministre papou Léo Dion ( en anglais).

Fichier audio


A retenir enfin que Fidji a demandé aux autres membres du Fer de Lance d'apporter leur soutien technique pour l'organisation des futures élections fidjiennes. 
 

Partagez :

les + lus

les + partagés